24 janvier 2018

Nos 14 novembre - Aurélie Silvestre

Roman Témoignage

Nos 14 novembre - silvestre aurélie

Synopsis : « C'était un vendredi, la vie était belle ». Le cauchemar est arrivé un soir de novembre sans crier gare et la vie d'Aurélie ne sera plus jamais comme avant. Matthieu avait prévu de rentrer tôt après le concert d'Eagles of death metal. A 21h46, il lui envoie son dernier texto : « ça, c'est du rock ». Quelques secondes plus tard, les terroristes entrent au Bataclan et font basculer des dizaines de familles dans l'horreur. Matthieu ne reviendra pas.


Aurélie, au moment du drame, est mère de leur fils de trois ans et enceinte de cinq mois. Entre deuil et naissance, le livre raconte, d'un automne sanglant à un printemps layette, le combat invisible et émouvant d'une jeune femme qui ne veut pas renoncer à l'énergie, à la joie et au bonheur. Comment préparer une naissance lorsque l'on pleure le père de l'enfant à venir ? Comment rebondir quand tout vous assigne au statut décourageant de victime ? En partant de photos qui disent la quotidienneté de l'absence et la puissance de la vie qui s'accroche, elle témoigne de ce que fut une histoire d'amour assassinée et de ce que sera sa famille, amputée mais debout.
Quand la vraie vie ressemble à une tragédie où la mort et la vie se livrent un combat féroce.


Ma lecture : Ce livre est dur, triste, bouleversant mais tellement beau à la fois. Il est rempli d'amour et d'espoir. 


Comment ne pas être touché par ces événements ? Les vies prises, cet enfant qui ne connaitra jamais son père. La reconstruction face à la mort d'un être proche passe par les sept étapes de deuil, mais quand on est soi même enceinte d'une nouvelle vie ce deuil est encore plus lourd à porter.


Un coup de cœur pour ce magnifique témoignage d'Aurélie envers Matthieu son compagnon , père de ses enfants Gary et Thelma, décédé lors de ces attentats. Thelma est née après le décès de son papa, il avait choisi le prénom de sa puce. 

nos 14 novembre aurélie silvestre avis chronique
Article invité





1 commentaire:

Instagram